Aulanha, Aulanha, Aulanha chantera le còr...

Quand enfin se fera entendre le cri de VICTOIRE !
 
AccueilFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'année alimentaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoire
Beauté divine
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: L'année alimentaire   Mer 22 Aoû - 0:32

Où sont indiqués, pour chaque mois, les aliments dont il faut user ou s'abstenir

Citation :

JANVIER


Il convient de prendre, en sortant du lit, du vin qui soit doux; de boire du conditum ; de manger des ragoûts, et des aliments chauds et doux ; d'user d'ail et de décoction de porreau, de mouton tiède et rôti, de jeune porc rôti, et de sauces assaisonnées de poivre, de nard, de cannelle, de carvi oriental. En faisant rôtir le porc, il faudra l'arroser de vin miellé. Parmi les autres espèces d'animaux, on pourra manger des poulets, des pigeonneaux blancs et pattus, de petits canards, des oisons, des grives, des cailles, des passereaux; en poissons, des scorpions, des surmulets, des cabots, des pagels, des athérines, des mélanures, à la poêle. Il faudra manger la dorade, et les autres poissons que j’ai nommés, avec un assaisonnement d'aromates. Parmi les légumes, on mangera, avec du garum mêlé d'huile, le chou, les carottes, le porreau, les asperges sauvages, les asperges de marais, le petit houx, les bryones, et l'ail, mais rôti et sans huile : on en boira la décoction mêlée avec du nard et du miel. En fait d'herbes d'assaisonnements, on emploiera la roquette, le porreau, le persil, les petits radis, la rue, la menthe et la livèche. On pourra, pour tremper les aliments, avoir de la moutarde, du cumin, du garum au vin. Parmi les graines, on peut manger des gesses et des vesces en farine, assaisonnées sans huile et avec du cumin écrasé. Parmi les fruits, on choisira le raisin sec, les amandes, les pommes de pin, les pistaches et les pommes cuites. Les personnes qui ne sont pas difficiles peuvent prendre de la compote de coins et un peu de citron, de la grenade, des poires, des dattes, et de la crème mêlée de miel et de nard écrasé, et de l'eau d'alica. Il ne faudra pas se baigner plus de quatre fois ; on se fera frotter avec du nitre cuit dans du vin faible, dont on fera une pâte à friction, en y jetant trois drachmes d'aloès, une drachme de myrrhe, et deux jaunes d'œuf. Cette préparation est suffisante pour une seule personne. Avant de l'employer, il est convenable d'entrer dans le bain, et de se faire jeter sur le corps deux ou trois potées d'eau ; puis, l’on sort, et on se fait bien éponger; alors, et avant la sueur, on emploie l'onguent, que l’on garde sur soi quelque temps; après quoi on le fait tomber avec un lavage de vin cuit, des jaunes d'œuf, et un mélange d'eau de rose chaude. Jusqu'à l'équinoxe de mars, on pourra, pour mettre la pituite en mouvement, sacrifier à Vénus. La constellation des gémeaux est observée depuis le 11 jusqu'au 15.


FEVRIER


IL est bon de prendre, dès le matin, du vin vieux et odorant. En viandes, on mangera de celles qui sont indiquées pour le mois précédent. En poissons, tous les coquillages sont permis, et les poissons saxatiles, comme les lapines, les scares, les stromatées, les goujons de mer. Les fritures se feront avec de la farine et de la moutarde. Les sauces, les fruits, les herbes à assaisonnements, et les autres légumes, comme dans le mois de janvier; et de même, nul changement pour les bains, les onctions et les plaisirs. Il faut s'abstenir de tout légume sauvage, et de chou et de betterave ; ne point boire de décoctions quelconques, si ce n'est celle de porreau, de persil, de fenouil, d'ail ; et il en faut rehausser le goût. On observe aussi, dans ce même mois, la constellation de la Lampe.


MARS


IL est à propos d'user de boissons et d’aliments doux; de boire et de manger suffisamment et sans excès· Il faut s'abstenir de tout aliment acre, amer, et aussi de passions haineuses et de mouvements furieux. On peut manger de tous les poissons, excepté ceux qui n'ont pas d'écailles : il faut surtout faire fréquent usage du loup, du cabot, de la raie, du smaris. Parmi les graines, il faudra tremper les fèves, les faire bien bouillir, puis y mettre du sel et de l'huile d'olives vertes. Il faut aussi user de la graine de fenugrec mêlée à des lupins qui aient subi deux cuissons, et assaisonnée avec du miel et du nard. Lavez la graine de fenugrec trois fois, broyez-la avec les mains, puis faites-la cuire et bouillir légèrement, de peur que, si elle bouillait trop, elle ne devînt indigeste, astringente, en perdant son suc, c'est-à-dire son amertume, et qu'elle n'obstruât les entrailles : adoucissez-en l'amertume avec du miel. Mangez les gesses et les vesces en farine, et les haricots en farine aussi, et cuits et recuits avec de l’oxymel. En fait de légumes, mangez des betteraves, de la mauve, de l'arrobe, des asperges de toute espèce, des champignons ; mais point de bryone, point de petit-houx, à cause de leur amertume. En confitures, prenez par intervalle des olives confites dans la saumure, et de l'oxymel; mais absolument rien d'acre. Parmi les fruits, tous ceux qui ont été nommés déjà peuvent convenir. Pour boisson douce, buvez du conditum, mêlé de poivre, de cannelle, de girofle, et de nard en quantité. On prendra, six bains, dont trois le troisième jour de la semaine, à la troisième heure, sans onction d'aloès et de myrrhe ; et les trois autres, le cinquième jour de la semaine, et sans cette onction également. Les frictions avec le nitre sont utiles. Boire des vins blancs odorants et foncés en couleur. De la modération dans les plaisirs de l'amour. Manger des oignons rôtis, pour mettre la pituite en mouvement. On observe aussi la constellation de l'Hirondelle.


AVRIL


LES câpres conviennent, et les raiforts, la menthe, le poivre, le basilic, la sarriette, les raves, la moutarde, la rue. Il faut s'abstenir de toutes les choses acres, parce qu'elles excitent l'estomac. Mangez des viandes délicates et nourries, comme de l'agneau qui paisse, non pas de l'agneau qui tète, ni du chevreau de lait ; usez en général de la chair de mouton jeune et coupé, maigre et bien cuite. Faire de ces viandes des jus médiocrement assaisonnés, avec le nard, par exemple, la coriandre verte, un peu de poivre, et la foliole séminale, c'est-à-dire, la fleur du cnichaut ; de façon à tenir le ventre libre. On se doit abstenir de la viande de porc. Parmi les oiseaux, on mangera des poules et des poulets mâles, des pigeonneaux blancs, des oies et des canards, délicats, maigres, bouillis avec le nard, et rôtis. Il faut boire et manger doux, comme il a déjà été dit. En poissons, on mangera de petits loups, des cabots, des porcelets, des dorades, des pagres, avec une courte sauce épicée. Les lapines, les serrans, les rougets-grondins, les saurels, les mélanures, et, en un mot, tous les poissons à chair molle et à écailles, on les mangera frits ; on en pourra bien mettre un petit nombre à la sauce, mais un petit nombre seulement. On s'abstiendra de toute espèce de graines sèches ; on mangera les graines vertes avec les viandes indiquées. En légumes, l’arroche, la laitue, l’aneth vert, la coriandre, seront modérément assaisonnés avec le garum au vinaigre scillitique. On usera, d'ail vert, mais avec discrétion, et rôti ; et on le mangera avec de l'huile et du sel dodécathée. Il faut pareillement manger peu de porreau. On s'abstiendra absolument des fruits secs. On boira des vins très odorants, anisés et blancs. On respirera des parfums ; la violette, par exemple, la rose, le lis, la camomille, en un mot, toutes les fleurs odorantes, et le romarin, le musc, l'essence de rose. De la modération dans les plaisirs vénériens. Huit bains. On se frictionnera avec du savon de la Gaule. On appliquera, une fois seulement dans le mois, une onction liquide, sans aloès ni myrrhe, où il entrera trois jaunes d'œuf et de l’eau de rose. On observe, depuis le sept, la constellation de la Mort.


MAI


IL faut, pour prévenir les céphalalgies subites, s'abstenir de toutes les choses sèches, de mauvais suc, bilieuses, telles que les pieds, les têtes, les intestins, les nerfs, les foies, les poumons, le poisson salé, le faon de mer, la viande de bœuf et de fièvre, et tout ce qui épaissit les humeurs. On devra user des viandes indiquées précédemment ; et, pour la conduite, le régime et les bains, se conformer aux règles données pour le mois dernier. En légumes, on prendra les asperges de marais et le fenugrec. On évitera les aliments secs, salés et amers. On observe aussi l’astre du Vieillard.


JUIN


IL est convenable d'avaler, à jeun, trois gorgées d'eau froide, et pas davantage ; de rester sans manger jusqu'à la troisième heure ; de faire un usage modéré des boissons délayantes et froides; de s'abstenir des choses sèches et acres, comme le poivre, le clou de girofle, la cannelle, et en général tous les aromates. En légumes, on évitera le persil, l'ail, l’ognon, le raifort, la roquette, le cresson, la moutarde verte, l’origan pilé, l'hysope, la rue, la menthe, la sarriette, le porreau, le petit houx, et toutes les plantes chaudes, à cause de l’irrégularité de la bile. On mangera en viandes, du mouton, c'est-à-dire du bélier entier et coupée maigre, et bouilli. On laissera la graisse ; toutefois la chair devra avoir été prise d'un bélier gras. On mangera de l'agneau qui paisse et qui tète ; du chevreau de même qualité, maigre, et rôti, mais sans assaisonnement, si ce n'est de coriandre, de nard et d'anis : on n'en mangera que modérément. On s'abstiendra de toute espèce de bouillons. En oiseaux, on mangera des poules, des poulets, des pigeonneaux blancs et pattus, maigres, bien cuits, tièdes et rôtis. On boira du vin vieux, blanc, odorant, anisé, non coloré, vieux surtout. Parmi les poissons, on choisira tous ceux qui ont la chair délicate, comme les lapines, les serrans, les grondins, les spares, les chrysaphes, les goujons de mer ; mais on s'abstiendra des loups, des cabots, des muges, des homards, des crabes, et de tous les coquillages. La sauce des poissons sera accommodée avec le nard et la coriandre fraîche. En légumes, on mangera, avec les viandes indiquées, l'arroche, la courge, le chou marin, la betterave. On fera cuire le pourpier avec de la viande ;] on assaisonnera particulièrement avec le garum vinaigré, la laitue, la chicorée sauvage, l’ache, et le concombre qu'on aura baigné dans le vinaigre scillitique, L'usage de la laitue sera modéré ; car l'abus affaiblit la vue. En fruits, on prendra, mais sans excès, des cerises blanches et des pastèques. Huit bains, sans onction et sans friction. On s'abstiendra du plaisir vénérien. On observe la constellation de l’Héliotrope depuis le vingt-un jusqu'au vingt-neuf.


JUILLET


IL faut s'interdire le plaisir vénérien, l'excès de nourriture, tout travail, l'ivresse, la sieste, les fruits secs, à cause de l'irrégularité de la bile. Les viandes seront les mêmes que dans le mois de juin. On ne mangera point de légumes acres, amers et échauffants. On choisira les poissons à chair délicate, tels que les grives, les lapines, et autres pareils, dont il a été parlé au mois de juin ; on les accommodera à l'oxymel et au garum vinaigré. Parmi les fruits, on prendra les plus aqueux ; par exemple, les melons, les figues blanches, que l'on salera, tous les raisins, le noir excepté, les poires, les pommes, les prunes, et tous les autres fruits aqueux. On boira à satiété du vin blanc odorant. La nourriture sera modérée ; le vin en grande quantité, ainsi que les boissons rosées. On ne prendra point de bouillons relevés, si ce n'est avec la carotte seulement, un peu de miel et de nard. Huit bains et des frictions avec la terre cimolée : on restera peu dans le bain. Il ne faut point user de purgatif. On observe aussi l’astre du Chien, du 13 au 16.


AOÛT


IL convient de s'abstenir des aliments visqueux et épaississants, et de la mauve et de tout légume sauvage, et du plaisir vénérien ; de manger des betteraves, des blettes, des courges. En viandes, on mangera du mouton, du chevreau coupé. On mangera du lièvre et du chevreuil jusqu'au 15 du mois : ces viandes seront rôties, tièdes, et on y joindra de l’oxymel. Les poulets, les perdreaux, les jeunes coqs, les pigeonneaux, pourront être mangés sans danger. En poissons frais, on fera usage, comme il a été indiqué au mois de juin; de tous ceux qui ont la chair délicate ; on y fera par intervalles une sauce à la moutarde. On s'abstiendra de tout poisson salé, et de tout fruit sec. On mangera des fruits nouveaux, comme figues, raisins, poires, prunes blanches, pêches mûres, et le reste. On évitera tous les légumes échauffants et secs, tels que la rue, la sarriette, l'ail, le porreau, la menthe, le cresson et le raifort. Quatre bains; une seule friction ; et cette friction, la faire après le 15. En compotes, on prendra des câpres, des olives à la saumure, avec de l'oxymel, des amandes vertes. On s'abstiendra des olives noires. On boira des vins légers, odorants et rosés. Les frictions se feront avec de la terre cimolée, du vinaigre et de l'huile. Du 15 au 27, on observe l'astre.


SEPTEMBRE


Il est convenable de boire du fait et de manger du laitage, d'user de toutes choses douces, farineuses, de vin miellé d'eau rosée. En viandes, on mangera du mouton, des poules, des pigeons, des oies, des trogles, et de petits animaux encore à la mamelle, que l'on fera rôtir avec de l'oxymel. Il faut s'abstenir de bœuf, de lièvre, de cerf, de chevreuil, de perdrix, parce que, dans ce mois, la bile noire augmente. En poissons, tous les saxatiles à chair délicate et molle conviendront. On s'abstiendra des cabots et de tous les poissons sans écailles. Parmi les graines, on s'abstiendra des fèves et des lentilles. On ne fera qu'un usage rare de tous les aliments acres, tels que le raifort, le poivre, la moutarde, le girofle, le nard. En légumes, on évitera le chou. On fera bien de manger des fruits, comme on la dit au mois d'août. On boira du vin d'absinthe rosé, et du vin d'absinthe seule. Huit bains. On se frottera la tête avec de la terre cimolée (ainsi qu'il a déjà été prescrit), jointe au vinaigre et à l'huile de roses, jusqu'au 24. On usera d'onctions ordinaires et simples. Le plaisir vénérien est permis. On observe une des étoiles des Trompettes.


OCTOBRE


Il est convenable d'user d'aliments acres. Avant tout, il faut avoir soin de ne rien manger que bouilli et cru. On boira des bouillons chauds. L'ail bouilli et relevé, le nard, le poivre, le girofle et la cannelle seront, tant solides que liquides, pris avec les aliments. En viandes, on usera de moutons, de poulets, de pigeonneaux, d'oies, de cailles, de râles, et de petits qui te tient ; mais on s'abstiendra de petits canards, de tourterelles, de perdrix, de daims, de sangliers et de lièvres. En poissons, on évitera le cabot, l’agraule, le surmulet, tous ceux qui sont sans écailles, et aussi les poissons salés : tous les autres sont bons. En graines, les fèves, les lentilles, les gesses, seront évitées ; en pourra manger des autres. En légumes, on s'abstiendra de choux et de raves ; les autres sont bons. On mangera des asperges de toute espèce, et des champignons blancs. En fruits, on peut manger des raisins blancs, des poires sauvages mûres, des pommes douces, des figues blanches, des nèfles, des pèches, des dattes, des coins. En fruits secs, on mangera des noix, des pistaches, des amendes, des pommes de pin, des noisettes ; mais on s'abstiendra des baies de laurier. On boira du vin blanc, foncé en couleur, et absintho-rosé. On observe aussi la constellation du Taureau.


NOVEMBRE


IL convient de s'abstenir de tous aliments humides ; de manger en viandes, du daim, du bœuf, du lièvre, du chevreau, du sanglier, de la chèvre sauvage et du chevreuil : toutes les autres viandes, oiseaux et le reste, seront mangées maigres et tièdes, bien bouillies et assaisonnées. On usera aussi de petits animaux qui tètent. On mangera de tous les poissons, excepté de ceux qui sont trop humides. On ne mangera ni grives, ni goujons de mer, ni poissons sans écailles, ainsi qu'il a été dit pour le mois d'octobre. On usera de toutes choses acres, de poivre, par exemple, et aussi des assaisonnements où il entre des aromates ; ajoutez la mauve et le porreau. En graines, on évitera les fèves, les lentilles et les lupins: toutes les autres sont bonnes à manger. En fruits, on s'abstiendra des dattes et des baies de laurier. On boira du vin vieux, léger, odorant. Tous les aliments trop humides seront évités, et l'on prendra par intervalles du gâteau de fenugrec. Trois bains, sans onction. L'usage du plaisir vénérien est permis.


DECEMBRE


IL ne faut manger ni chou ni sisymbrium. Pour les viandes, comme dans te mois de novembre ; et de même pour les poissons, les légumes, les fruits, les vins, les graines, et l’eau de porreau. Huit bains, et frictions avec l'aloès et la myrrhe. Ne pas manger du tout de lentilles. Prendre de la décoction de fenugrec, mais modérément. Eviter les câpres et les olives saumurées ; manger plutôt des olives noires avec de l'oxymel et de la moutarde. Se faire frotter avec du vin et du nitre. User du plaisir vénérien. On observe la constellation des Sept étoiles depuis le 7 du mois.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Fille d'Hardryan et Pénélope
Revenir en haut Aller en bas
http://chezvictoire.forumgratuit.org
 
L'année alimentaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vermine : bienvenue en bas de l’échelle alimentaire...
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» Quel a été le meilleur jeu de plateau auquel vous avez joué pendant l'année 2009-2010 ?
» Actualités JdR fin d'année
» [Vends] Bornes d'arcade années 80

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aulanha, Aulanha, Aulanha chantera le còr... :: Infirmier-
Sauter vers: