Aulanha, Aulanha, Aulanha chantera le còr...

Quand enfin se fera entendre le cri de VICTOIRE !
 
AccueilFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les petits et gros désagréments du nouveau né et de l'enfançon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoire
Beauté divine
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 24/05/2011

MessageSujet: Les petits et gros désagréments du nouveau né et de l'enfançon   Dim 16 Déc - 18:29

Meleagre a écrit:
Citation :

Quatrième Cursus - Sage-Femme -
Cours V : Les petits et gros désagréments du nouveau né et de l'enfançon.





    INTRODUCTION
    De sa naissance et au cours des premières années de vie, l'enfant est soumis à diverses contraintes pouvant engendrer des maux divers. La plupart sont toutefois normaux et fréquents lors du développement de l'enfant. Nous allons ici aborder quelques désagréments auxquels l'enfant et son entourage doivent faire face, tels que les soucis de peau et maladies liées, en y abordant les soins à apporter, ainsi que la poussée des dentaire.

      A. Les soucis de peau et maladies liées.

    La peau du nourrisson et du jeune enfançon est fragile, aussi il est important d'en prendre particulièrement soin et d'y guetter les moindres changements. Il se trouve en effet que de nombreuses maladies ou même simples petits désagréments, se traduisent par une éruption cutanée.
    Ainsi, dans ce cours, nous traiterons d'une maladie infantile, telle la varicelle, ainsi que de petits ou moins petits désagréments tels que les boutons de chaleur, l'eczéma ou encore la dermatite de contact...

      I. La Varicelle :

    La varicelle est une maladie infantile éruptive fréquente, caractérisée par sa très grande contagiosité, exposant ainsi femme enceinte et nouveaux nés. Elle survient spontanément dans plus de 90 % des cas chez l'enfant entre 1 et 15 ans.
    Cette maladie est transmissible par contact direct avec les cloques d'une personne infectée ou par les voies respiratoires.
    Elle cause des épidémies qui ont généralement lieu à la fin de l'hiver et au début du printemps.
    Généralement bénigne chez l'enfant bien portant, elle peut être redoutable et mortelle chez l'adulte qui ne l’a jamais contractée, la femme enceinte et le nouveau-né.

    Les symptômes :
    Chez une personne qui a été en contact avec une personne présentant la maladie, les symptômes
    apparaissent généralement dans les 14 à 16 jours suivant la contamination.

    Durant une période de 5 ou 6 jours au plus :
        • Une légère fièvre ;
        • Éruption cutanée : des éruptions de boutons rouges, qui ressemblent à des piqûres d’insectes, parfois répartis sur tout le corps (même les muqueuses) ;
        Généralement ces lésions apparaissent en premier sur le cuir chevelu, puis sur le thorax et les muqueuses, ensuite sur les membres, avec respect des régions palmo-plantaires, et enfin au visage. Les boutons se transforment en petites cloques rondes, remplies d’un liquide clair. L'importance de l'éruption est très variable d'un individu à l'autre.
        • Difficulté à s’alimenter en raison des vésicules qui se forment parfois dans la bouche.
        • Des démangeaisons.
        • Toux importante dans certains cas.
        • Des symptômes similaires à ceux de la grippe peuvent s'y associer : céphalées, douleur abdominale et sensation générale de fatigue.
        • Parfois une conjonctivite.


    Au bout de quelques jours, au fur et à mesure de leur apparition, les cloques sèchent et forment une croûte. À ce moment, le malade n’est plus contagieux.

    La période contagieuse :
    Elle commence de 24 à 48 heures avant l'apparition des rougeurs et dure environ une semaine, jusqu’à ce que les cloques soient sèches et forment une croûte. En raison de la contagion, il faut garder l'enfant à
    la maison, évitant le contact avec d’autres personnes, notamment les femmes enceintes ou adultes qui n’auraient pas contracté la maladie durant leur enfance.
    En règle générale, les personnes qui ont eu la varicelle sont protégées contre cette maladie pour le reste de leur vie.


Complications possibles :
Dans la plupart des cas, la varicelle est une maladie bénigne. La complication la plus fréquente est une infection des lésions de la peau, ce qui provoque une surinfection, qui peut se produire lorsque l’enfant se gratte, par exemple. Elle est généralement sans gravité, sauf dans les rares cas où l’infection devient purulente.
Les nourrissons, les femmes enceintes et les personnes fragiles peuvent être atteints de complications plus graves s’ils contractent la varicelle, comme une pneumonie.
En outre, chez les femmes enceintes, si la varicelle survient par exemple au cours des 4 premiers mois de la grossesse, elle peut causer des malformations chez l’enfant à naître.

Mesures pour prévenir l’aggravation et les complications :
    • Chez les enfants de moins de 12 ans, la maladie est habituellement bénigne et suit son cours en une dizaine de jours. Il faut les inciter à ne pas gratter leurs boutons. Pour les très jeunes enfants, bander les mains pour éviter qu’ils ne se grattent.
    • Couper les ongles et laver régulièrement les mains des enfants pour éviter qu’une autre infection de la peau apparaisse, s’ils se grattent.
    • Les personnes qui risquent davantage d’avoir des complications, comme les femmes enceintes qui n'ont jamais eu la varicelle et les gens faibles ont avantage à éviter les contacts physiques
    avec les enfants atteints.

Traitement :
    • Pour réduire la fièvre : tisane de tilleul ou tisane de sureau.
    * Pour une tasse de tisane de tilleul (Tilia cordata), utilisez :
    ৩ environ 1 petite cuiller des fleurs séchées de tilleul à infuser une dizaine de minutes dans 1 tasse d'eau bouillante.

    * Pour une tasse de tisane de sureau (Sambucus nigra) :
    ৩ 2 petites cuillers de fleurs de sureau à infuser une dizaine de minutes dans 1 tasse d’eau bouillante.

    • Pour soulager les démangeaisons : des bains d’eau tiède suivis d'une application de calamine. L’application de compresses d’eau froide sur les lésions aide aussi à soulager les démangeaisons.
    • Éviter le contact prolongé avec l'eau (l'eau favorisant la macération et donc le risque de surinfection), éviter les bains longs.
    • Donner à boire en abondance.
    • Durant les deux premiers jours, pour soulager l'enfant, on recommande des bains tièdes additionnés de farine d'avoine toutes les 3 ou 4 heures (15 à 20 minutes à la fois). Les bains peuvent être quotidiens par la suite. Il faut essuyer l'enfant en tapotant et non en frottant avec la serviette.
    • Des vêtements de coton légers sont très appropriés dans ce type de pathologie.


    II. Les petits problèmes de peau.

Le nouveau-né peut présenter quelques problèmes de peau qui semblent bizarres. Cependant la plupart sont plutôt courants et n’ont pas besoin d’être traités, comme :
  • L’acné du nouveau-né est une éruption de boutons rougeâtres sur le visage. En général, elle disparaît au bout de quelque temps.
  • La peau marbrée (cutis marmorata) est un problème qui donne à la peau un aspect de marbre rose bleuté lorsqu’elle est exposée à des températures froides. Ce n’est pas un problème grave, et il diminuera à mesure que votre bébé grandira.
  • L’érythème toxique est une éruption rougeâtre sous forme de taches irrégulières, très fréquent chez le nouveau-né. Certains nourrissons ont des bosses jaunâtres ou blanchâtres fermes, entourées de rouge. L’éruption a tendance à apparaître et à disparaître sur diverses parties du corps. Elle est plus fréquente le deuxième jour de vie, mais elle peut se manifester à la naissance ou au cours des deux premières semaines de vie. Chaque tache peut rester visible quelques heures ou quelques jours. Il n’existe pas de traitement contre ce type d’éruption, qui disparaît graduellement.
  • Le milium est une série de petits points blancs sur le visage de votre bébé. Ces boutons finiront par disparaître d’eux-mêmes.
  • Les taches mongoliques sont des taches de naissance aplaties qui peuvent être brun foncé, bleu ardoise ou bleu noir. Elles ressemblent parfois à des ecchymoses (des bleus) et se trouvent souvent sur le bas du dos et sur les fesses. Les taches mongoliques s’observent dès la naissance. Elles ont souvent beaucoup pâli à l’âge de 2 ans et ont généralement disparu à l’âge de 5 ans. Elles sont fréquentes chez les bébés d’origine africaine, asiatique, hispanique et biraciale.
  • Le vernix est une substance blanchâtre et grasse qui recouvre et protège la peau du bébé dans l’utérus. Certains bébés ont beaucoup de vernix sur la peau à la naissance. Cette substance est sans danger et peut être essuyée ou lavée. À cause de la perte du vernix, il se peut que la peau de votre bébé pèle pendant sa première semaine de vie. C’est un phénomène normal, qui se règle tout seul.

D'autres affections de la peau nécessitent quelques soins particuliers. C'est le cas notamment des boutons de chaleur, de l'eczéma, de la dermatite de contact ou de l'érythème fessier.

IIa. Les boutons de chaleur
Les boutons de chaleur sont de petites bosses qui peuvent sembler rouges, surtout si le bébé a la peau pâle. Elles sont généralement visibles surtout sur le front ou sur le cuir chevelu, dans les plis de la peau du nourrisson et sur les parties de son corps où les vêtements sont ajustés, comme la poitrine, le ventre, le cou, l’entrejambe et les fesses.

Il s’agit d’une affection généralement bénigne de la peau, causée par une température et une humidité ambiantes élevées, ou par le fait que l’enfant est trop couvert. Les boutons ne sont pas contagieux, sauf dans le cas d’une infection bactérienne, ce qui reste rare.

Ce sont les nourrissons, et principalement ceux qui ont de 1 à 3 semaines, qui sont le plus souvent touchés, mais les jeunes enfants peuvent également être atteints. L'apparition survient essentiellement en période estivale, mais peut toutefois survenir en hiver si l'enfant est trop couvert.
La durée de l’éruption n'est en général que de 1 à 3 jours.

Traitement :
Les boutons de chaleur disparaissent généralement sans traitement, dès que le bébé cesse d’avoir chaud. Pour apporter un soulagement immédiat à l'enfant, on peut laver la peau délicatement, à l’eau fraîche, ou appliquer des compresses froides sur ses boutons. Si l’éruption lui cause beaucoup de démangeaisons, appliquez un peu de lotion à la calamine sur ses boutons, cela le soulagera.

Calamine : il s'agit d'une poudre rosâtre faite de résidus charbonneux. Cette poudre est utilisée dans des lotions et pommades pour traiter aussi les coups de soleil, l'eczéma et les piqûres d'insectes . Elle a un effet réfrigérant et adoucissant entraînant un soulagement symptomatique et est un faible antiseptique - prévenant ainsi les infections qui seraient causées par le grattage de la zone affectée.

Ces boutons, diagnostiqués par un médecin, ne nécessitent pas que les soins soient donnés par ce dernier. La mère, la nourrice, ou autre domestique peuvent prodiguer ces soins.
L'intervention d'un médecin est indispensable en cas de :[/list]
  • pus qui s’écoule
  • fièvre
  • ganglions du cou, des aisselles ou de l’aine enflés.


Conseils pratiques :
  • Enlevez tous les vêtements superflus. Habillez votre enfant pour qu’il soit à l’aise, au frais, avec des vêtements amples et de coton léger, surtout par temps chaud et humide, afin qu’il ne transpire pas.
  • Évitez de trop le couvrir quand il dort ou de surchauffer la pièce où il se trouve.
  • Allongez-le sur une peau de mouton qui se trouve être un bon régulateur de température corporelle.


Comment prévenir les boutons de chaleur ?
Le seul moyen de prévenir l’apparition de boutons de chaleur est de faire en sorte que le nourrisson n’ait pas trop chaud, lui faire donc porter des vêtements adéquats et veiller à la température ambiante.

    IIb. L'eczéma :

L’eczéma est une éruption qui rend la peau sèche, épaisse et écailleuse ou qui provoque la formation de petites bosses qui peuvent devenir boursouflées, couler ou s’infecter lorsqu’on les gratte.
Habituellement, l’eczéma fait son apparition sur le front, les joues ou le cuir chevelu du bébé, mais il peut se répandre sur les bras, les jambes, la poitrine ou d’autres parties du corps. Souvent, mais pas toujours, on l’observe chez des bébés dont les parents présentent ou ont présenté ce type de "pathologie".

Comment doit-on traiter l’eczéma ?
Il n’existe aucun traitement pour guérir l’eczéma, mais on peut généralement le contrôler et il peut souvent disparaître après plusieurs mois ou plusieurs années.
Il faut éviter les bains fréquents mais cependant privilégier quelques bains apaisants : pour éviter que la peau du nourrisson ne devienne sèche et se mette à démanger, il convient de verser de l’huile, type huile d'olive ou huile de Calendula, dans l’eau du bain.
On applique ensuite un hydratant doux tel l'huile de Calendula associée à de l'huile essentielle de lavande vraie (Lavandula angustifolia) sur la peau du bébé pour qu’elle soit moins sèche, surtout après le bain, lorsque sa peau est encore humide.
L'idéal est de vêtir le bébé avec des vêtements de coton amples, afin d'éviter les frottements et que l'affection cutanée ne s'aggrave, notamment par les démangeaisons exacerbées qui amènent au grattage et donc à une amplification du problème.

    IIc. La dermatite de contact :

Cette affection de la peau peut surgir lorsque cette dernière entre en contact avec une matière irritante ou à laquelle il est allergique, comme par exemple, les teintures des vêtements. Elles peuvent provoquer des éruptions dans les zones sur lesquelles la peau frotte ou dans les zones où le bébé transpire.

La dermatite s'observe sur les parties de la peau qui sont entrées en contact avec la matière à laquelle le bébé est allergique.

Comment doit-on la traiter ?
Le traitement est le même que celui de l’eczéma.

    IId. L'érythème fessier

L’érythème fessier est causé par des langes mouillées ou souillées. Il se produit lorsque l’urine ou les selles présentes dans la couche irritent la peau du bébé, la rendant sensible et rouge.
D’ordinaire, l’érythème fait son apparition autour des organes génitaux et des fesses. Il est souvent très rouge, et de petits points rouges se forment aux alentours de taches plus grosses. Il arrive parfois que cela suinte voire saigne légèrement.
On note que ce souci apparaît notamment lors de la poussée des dents ou suite à une réaction à certains aliments ingérés.

Comment éviter l’érythème fessier ?
Il faut changer souvent le lange du bébé.
Laissez le bébé nu-fesses pendant de courtes périodes pour que la peau sèche bien. Cette mesure aide à prévenir ou à traiter les cas légers d’érythème fessier.
Lorsque l'on change le lange, il faut laver la région avec de l’eau tiède et un savon doux, rincer et assécher complètement.
Appliquer de la pommade à base de Calendula ou une crème à l’oxyde de zinc sur la peau recouverte par le lange, afin de la protéger et de l’hydrater.

B. La poussée des dents.

* À quel âge poussent les premières dents ?

Généralement, les dents commencent à percer entre le 4ème et le 7ème mois, souvent autour de 6 mois, parfois plus tôt. Certains enfants naissent avec une ou deux dents. Dans d’autres cas, les premières dents n’apparaissent qu’à l’âge de 1 an.
  • les incisives du bas sortent en premier.
  • entre 9 et 12 mois poussent les quatre incisives du haut.
  • entre 18 et 24 mois Les molaires de lait arrivent.
  • entre 24 et 30 mois, les canines apparaissent.


Dans la majorité des cas, à 3 ans, l’enfant a ses 20 dents primaires (= dents de lait).

* Les signes d’une poussée dentaire :
  • bavage,
  • troubles du sommeil,
  • pleurs nocturnes,
  • irritabilité,
  • rhinites, fièvre, bronchite dentaire
  • diarrhée et érythème fessier


Tous ces symptômes peuvent indiquer que les dents de l’enfant sont effectivement en train de pousser.
Mais attention, ces signaux peuvent révéler un état infectieux ou être liés au développement normal de l’enfant (baver, par exemple, peut correspondre à une période d’immaturité de la déglutition : le petit bave parce qu’il ne sait pas bien avaler). Les troubles du sommeil peuvent, quant à eux, être dus à une période d’installation des cycles du sommeil avec encore de nombreuses phases agitées…

* Soulager la poussée dentaire :

La douleur liée à la poussée des dents varie selon les enfants. Une poussée peut passer inaperçue (cela arrive souvent dans le cas des premières dents) ou être accompagnée de petites douleurs.

Un kyste bleuté sur la gencive, un érythème fessier (rougeur de la peau des fesses), une fièvre légère ou de la rougeur sur une joue peuvent accompagner la sortie d’une dent pendant 24 à 48 heures.

Souvent, l’enfant porte les mains à sa bouche et semble avoir une démangeaison aux gencives. Cela ne nécessite aucun traitement. Par contre, quelques méthodes simples permettront de le soulager :
  • Frottez doucement la gencive avec vostre doigt.
  • s’il salive beaucoup et s’il éprouve le besoin de mordre, donnez-lui une débarbouillette propre trempée dans de l’eau froide.
  • Si ce n’est pas suffisant, essayez de proposer à l’enfant une racine d’iris (appelée aussi racine de violette), qu’il mordillera, c’est sûr, avec vigueur. Ainsi, la dent qui perce est doucement repoussée dans la gencive, ce qui soulage momentanément la douleur de la zone enflammée.

La racine d’Iris permet donc de soulager bébé lors des poussées dentaires douloureuses.

Lorsque bébé sort ses premières dents, il arrive très souvent que ses gencives soient douloureuses. En mastiquant cette racine d'iris, bébé sera soulagé car la racine aidera la dent à percer. De plus, elle libère des principes actifs au bout de quelques minutes de mastication, apaisant ainsi la douleur.

Attention : lui donner la racine dans sa main mais toujours sous surveillance d'un adulte. Lorsque les premières dents seront là, il est recommandé de ne plus l’utiliser la racine d'iris car le bébé pourrait en croquer de petits morceaux avec ses dents toutes neuves, et cette racine, ingérée, est toxique.

Pour son entretien, on laissera sécher la racine d'iris après chaque utilisation. Il est possible de l'ébouillanter quelques secondes pour la nettoyer si c’est nécessaire. La racine d'iris peut se conserver pendant 2 ans une fois nettoyée et séchée.

Il est toujours préférable d’éviter les légumes crus, qui peuvent causer une crise d’étouffement (ne lui offrez pas de morceaux de légumes très fermes avant l’âge de 2 ans).

CONCLUSION

Comme nous l'avons vu, l'enfant, de sa naissance à ses premières années de vie est sujets à divers désagréments, plus ou moins faciles à traiter, et dont la plupart sont normaux et nécessaires.
Il faut donc veille à bien différencier les symptômes et les attribuer aux bons désagréments afin de les traiter au mieux. Ne pas hésiter, en cas de doute, à vous référer à l'herbier et antidotaire de la bibliothèque.


Cours rédigé par Anya Giffard de Puycharic,
Médecin diplômé de l'Ostel-Dieu de Paris

_________________
Fille d'Hardryan et Pénélope
Revenir en haut Aller en bas
http://chezvictoire.forumgratuit.org
 
Les petits et gros désagréments du nouveau né et de l'enfançon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charte de l'Université
» Feu- vers Multi-éléments (Pandawa 191)
» Gros Bill, étimologie.
» petits aimants pour figurines
» [Menalt] Torgnol : 4 éléments...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aulanha, Aulanha, Aulanha chantera le còr... :: Sage-Femme-
Sauter vers: